Cours de licence de droit :
histoire des institutions

Accès direct aux ressources en droit

Le cours se divise en plusieurs parties, vous pouvez soit le lire dans l'ordre logique, en avançant via la flèche de transition entre parties, soit aller directement à une partie qui vous intéresse en particulier, en utilisant le sommaire ci-dessous. Partager ce cours :


Introduction (ci-dessous)

Première partie : les origines, du premier au dixième siècle

Titre 1 : la Gaule, de l’invasion romaine aux invasions barbares

--| Chapitre 1 : la Gaule dans l’Empire romain

--| Chapitre 2 : le christianisme dans la Gaule romaine

--| Chapitre 3 : l’évolution des institutions dans le Bas Empire


Titre 2 : la Gaule franque (6e – 10e siècle)

--| Chapitre 1 : la Gaule mérovingienne (6e – 8e siècle)

--| Chapitre 2 : les changements institutionnels à l’époque mérovingienne

--| Chapitre 3 : l’Empire carolingien (8e – 10e siècle)


+ Conclusion de la partie 1


Deuxième partie : la France médiévale,
du onzième au quinzième siècle


Titre 1 : les temps féodaux (10e – 13e siècle)

--| Chapitre 1 : le système féodal

--| Chapitre 2 : les pouvoirs dans le monde féodal


Titre 2 : la naissance de l’État (13e – 15e siècle)

--| Chapitre 1 : la formation d’une unité étatique

--| Chapitre 2 : le gouvernement monarchique médiéval


Titre 3 : l’État moderne (16e - 18e siècle)

--| Chapitre 1 : l’absolutisme royal moderne

--| Chapitre 2 : la fonction publique royale


*****


Le droit est un produit de l’histoire. Le principe de la présomption d’innocence a été rédigé entre 1317 et 1324 dans La très ancienne coutume de Bretagne. Il s’agit d’un recueil coutumier, donc de droit, qui servait aux populations locales pour vivre au quotidien. On y trouve des règles de procédures civiles et criminelles, de droit de la famille et de succession (à l’époque du règne des fils de Philippe le Bel). Mais ce passage n’est qu’une transition d’un principe plus ancien issu du droit romain. Les rédacteurs ont consulté le code de Justinien (rédigé en 534 à Byzance). Les règles que contiennent les codes sont parfois plus anciennes que les codes eux-mêmes. Certaines règles encore en vigueur ont plus de vingt siècles.

Institution : règle établie par le droit, par une communauté donnée pour régir son code social.
État : nation organisée soumise à un gouvernement et à des lois communes, dans le cadre d’un territoire donné sur lequel s’exerce l’autorité d’une personne morale de droit public. Cette entité abstraite et juridique se place au-dessus des personnes physiques. Aspect physique : le gouvernement. Aspect abstrait : esprit des institutions, droits et devoirs.

Ce n’est qu’au 16e siècle que l’on commence à parler « d’État français ». Le vocable « France » n’apparaît lui qu’au 9e siècle, suite à un partage territorial entre les petits-fils de Charlemagne, au cours duquel l’un d’eux reçoit une région du nom de « Francia occidentalis » (843). Ce nom ne désigne cependant que le « territoire des Francs », une notion territoriale et politique, pas un État. On parlait auparavant de la « Gaule » ou « des Gaules ».

PAGE SUIVANTE >


retour en haut de la page