Développement personnel
Retour au sommaire développement personnel

Fiche de lecture de l'ouvrage La vie intérieure de Christophe André


Je vous propose ci-dessous une fiche de lecture du livre "La vie intérieure" de Christophe André, une lecture apaisante d'un auteur rassénérant qui offre des solutions pour (re)trouver la paix intérieure à l'ère tumultueuse de la globalisation hyperconnectée et du libéralisme débridé.

- Nos sociétés pressées nous poussent à aller vite, or la vie intérieure prend du temps : écouter, réfléchir, douter...

- Nos sociétés matérialistes nous incitent à chercher en dehors de nous la satisfaction de nos besoins fondamentaux, or la vie intérieure se construit ...à l'intérieur.

- Un mode de vie exclusivement tourné vers l'extérieur (réel ou virtuel), dans lequel tous les moments d'ennui, d'attente, d'inactivité sont bannis, représente à long terme un grand risque de déséquilibre intérieur.

- Il convient de distinguer l'urgent de l'important.

- Les conditions nouvelles de nos existences arrachent les hommes à tout recueillement.

- Le premier effort, en matière d'introspection, est de prendre le temps de s'arracher aux sirènes de la vie extérieure.

- Notre vie intérieure n'est jamais claire et calme, jamais immédiatement lisible. Inutile d'attendre des évidences ou des révélations du premier coup d'oil porté en nous. Nous ne verrons d'abord que désordre et confusion.

- Il faudra rester au calme un petit moment, le temps de nous habituer, comme quand on pénètre dans le pénombre d'une cale.

- De tous les arts classiques, la musique est celui qui possède le plus grand pouvoir d'induction émotionnelle.

- Les regrets les plus douloureux et durables proviennent de ce que l'on n'a pas fait.

- Les erreurs sont fécondes car vivre, c'est survivre à la somme de toutes ses erreurs. Les regrets, en revanche, sont toujours stériles et nous font souvent bien plus de mal que les erreurs commises.

- La lecture est une expérience vicariante, elle nous fait bénéficier de l'expérience d'autrui (à cet égard, les grands classiques sont particulièrement précieux).


- La solitude n'est pas qu'une souffrance, elle constitue aussi une voie d'accès privilégiée à la connaissance de soi.

- La marche est peut-être l'activité (autotélique) humaine qui nous ouvre le mieux à la vie intérieure. En prime, elle favorise la créativité, la concentration, la neurogénèse...

- L'admiration, c'est la volonté de porter son regard sur ce qui rend le monde meilleur.

- La contemplation, c'est l'attitude de la conscience quand elle se contente de considérer ce qui est, sans vouloir le posséder, l'utiliser ou le juger.

- Lorsque nous sommes obnubilés par l'atteinte de nos objectifs, nous prenons le risque de vivre dans recul, autrement dit "en pleine inconscience".

- Souvent, ce que nous montrons est superficiel (habits, statut...) et ce que nous cachons est essentiel (craintes, espérances...).

- Pour qu'une chose devienne intéressante, il suffit de la regarder suffisamment longtemps.

- L'acceptation est une forme supérieure de lâcher-prise qui s'accompagne de discernement et ouvre la voie à l'action féconde et adaptée au réel, au-delà de nos déterminismes et de nos attentes irréalistes.

- L'expérience phénoménologique du bonheur inclut la suspension du temps.

- Dix minutes de marche rapide diminuent nettement le flux de nos rumunations.

- Notre monde et ses habitants sont parfois décevants ? C'est peut-être pour nous aider à mieux apprécier tout ce qui ne l'est pas...

- La tendresse n'est pas une forme inférieure ou usée de l'amour, mais au contraire une forme évoluée et apaisée.

- On développe aussi l'estime de soi par la conscience de l'interdépendance.